Joli moqueur !

cri

Tu m’as promis joli moqueur,

De visiter enfin mon champ.

J’ai des couleurs et tant de fleurs,

A te donner lointain printemps.

  • * *

J’ai la jeunesse de l’aurore,

Les beaux sourires des matins,

Et des siestes sous la fraîcheur,

D’ombre enivrée de jasmin.

  • * *

Puis j’ai l’intimité des soirs.

Des étoiles pour tes visions.

Des rêves gais sur balançoire.

Et cent portes pour l’évasion.

  • * *

Sur les pistes de mes contours,

Il y a course et rires d’enfants,

Il y a scènes chastes d’amour,

Entre mes fleurs et papillons.

  • * *

Sous la voûte de mon azur,

Sous l’éclatante mer du toit,

J’ai la verdure du velours,

Et l’épi doré de la joie.

  • * *

Côté levant j’arrête la terre,

Le bleu là-bas est dominant,

Je l’ai taché de gris, de vert,

Et de lignes d’un blanc moussant.

  • * *

Côté couchant, j’ai des hauteurs,

Grimpe les monts, vois mon génie :

Quand je définis les couleurs,

Quand je colore l’infini !

  • * *

Ouvre l’oreille de ta douceur.

Écoute les chants de mes oiseaux,

L’hymne fidèle de mes rivières,

La percussion de mes ruisseaux.

  • * *

Viens comme tu es, défie l’hiver.

Défie le temps et ses décrets.

Car le trajet qui nous sépare

N’est qu’un néant de tes foulées.

La photo utilisée est une composition que j’ai faite en mixant une photo du photographe américain Bill Hocker (prise en Tunisie) et une autre de l’iranienne Atieh Noori.

Advertisements