Global ça s'épelle b.l.o.g.a.l

GloBlog

Je venais de rentrer de L’Inde (Delhi) où s’est tenu le sommet annuel de Global Voices du 16-17 décembre 2006 (GVdelhi2006). Pour moi c’était une occasion idéale pour rencontrer des blogueurs intéressants, venus des quatre coins du monde. J’ai découvert des jeunes ayant des expériences remarquables et une passion ardente pour un blogging de qualité. Des blogueurs -à l’instar de Ben Paarmann et de Leila Tanayeva, qui animent Neweurasia, un super projet couvrant l’Asie Centrale- m’ont vraiment inspiré. Ils ont consolidé ma conviction que le blogging n’est pas une forme d’autothérapie et de coups de gueule, ni le terrain propice pour l’exercice du narcissisme ou de l’autolâtrie, mais un espace pour offrir (et s’offrir) une tribune libre où s’épanouit une information alternative, engagée et, surtout…indépendante.

Les deux questions importantes auxquelles le sommet de Delhi tentait de répondre étaient de savoir :

  1. Comment élargir le cercle de la cyber-conversation et du blogging et quels sont les moyens les plus adéquats permettant aux plus défavorisés de se faire entendre.
  2. Comment aider les gens à s’exprimer même si ils se trouvent confrontés à des régimes répressifs qui les censurent et les empêchent d’informer et de s’informer.

Confrontée au défi de l’anglocentrisme qui règne sur Global Voices, une volonté de construire une version francophone de Global Voices et d’élargir ainsi l’expérience de Global Voices Chine s’est manifestée. Le premier objectif consiste à traduire, en français, ce qui s’écrit, en anglais, sur Global Voices et d’atteindre de la sorte le lectorat francophone de l’Afrique, du Moyen-Orient, des Caraïbes et d’ailleurs. Cette initiative, approuvée par les deux cofondateurs de Global Voices, Ethan Zuckerman et Rebecca MacKinnon, a été soutenue par, Alice Backer, Jennifer Brea et moi même. Nous espérons dans un avenir proche disposer d’un espace indépendant, genre francophonie.globalvoices.org et amorcer cette nouvelle étape dans le parcours de Global Voices.

Idem pour une version arabophone. La question a été évoquée avec les blogueurs arabes, l’irakien Salam Adil et la Bahreïnie Amira Al Hussaini. Même si le désir est là, l’idée nécessitera du temps pour mûrir.

Un autre projet fort intéressant qui verra le jour est Hibiscus. Une plateforme pour une alliance entre blogueurs africains et blogueurs chinois. L’initiative est pilotée par Akwe Amosu, cofondatrice de BlogAfrica et une conseillère de Global Voices.

Voilà en gros un aperçu très rapide, il y a tellement de choses à développer. J’aurai certainement l’occasion de reprendre ce sujet de façon plus critique.

Avant de finir, je tiens à vous informer que la blogueuse et journaliste américaine Quinn Norton a publié un article (Bloggers Shrink the Planet) sur le sujet du sommet de Delhi sur le site du magazine américain Wired dont voici quelques extraits relatifs à mon projet La carte des prisons Tunisiennes :

Gharbia is the creator of the Tunisian Prison Map — an idea inspired by a New York Times interactive map charting murder locations in New York City. Gharbia turned the concept on its head: Instead of showing government figures on crime, he’d display where his former government was behaving criminally, imprisoning political dissidents for daring to speak out.

When you click on a place-mark on Gharbia’s Google Maps mashup, a pop-up reveals details, stories and videos of prisoners and their families. The map is compelling and provocative, and it’s one more reason Gharbia, who now lives in the Hague, says he can’t go home.

The site is “the best advocacy tool I’ve ever seen anywhere,” gushes Rawlins, managing editor of Global Voices Online, an international citizens’ media group that held its second annual summit in India’s bustling capital last weekend.

Je ne vous raconte pas l’influence qu’a eue ce texte sur les statistiques du blog surtout qu’il a été repris et/ou commenté par d’autres sites et blogs dont le géant boingboingclassé premier par Technorati-.

Autre chose, avant de vous souhaiter une bonne année 2007 : The Initiative For an Open Arab Internet, a publié sont 2e rapport sur l’Internet dans le monde arabe décrivant le Web comme étant la nouvelle bataille opposant les régimes arabes à la liberté d’expression. J’étais surpris pour ne pas dire épaté, de voir le rapport – dans son chapitre relatif à la Tunisie- consacrer 3 paragraphes à mon blog. Il parait que le cyberasile de mon blog dans l’agrégateur des blogs égyptiens http://www.manalaa.net, et dernièrement dans l’agrégateur des blogs marocains, suite à un geste amical de Larbi, ne cessent d’intriguer les gens. Même lors du concours international de blogs “The BOBs – Best of the Blogs” de la Deutsche Welle mon blog a été présenté comme un blog réfugié !

Je vous laisse avec lesdits 3 pargaraphes du rapport de la The Initiative For an Open Arab Internet :

The first electronic political asylum

The last few years have witnessed an increasing in blogging. However, the Tunisian government was able to control this new phenomenon because the website that includes all blog addresses, http://tn-blogs.com , refuses to include any opposition blogs. These included the blog of Judge Mokhtar Yehyai, and that of the emigrant Sami Ben Gharbia. As result, Ben Gharbia, requested the first ever electronic political asylum when the blog http://www.manalaa.net , which carries all Egyptian blogs, decided to accepted his blog and publish it.

Ben Gharbia co-founded the first website for protests, http://www.yezzi.org , during the WSIS. The website allows all those who wish to protest the rule of Ben Ali to post a picture of the protester carrying a sign calling on the president to step down. The website was blocked only 18 hours after it was launched.

p.s: le titre de ce post est tiré de l’excellent article de Shivam Vij : Global: Now Spelt Blogal.

Advertisements