À Casa j'ai pas vu Bush, mais j'ai parlé de Ben Ali

De gauche: Sami Ben Gharbia (Global Voices), Clothilde Le Coz (RSF), Jamal Eddine Naji (Chair UNESCO)

Lors de l’émission sur Radioun qui a eu lieu avant le Workshop de casablanca (Journalisme Citoyen en Afrique du Nord) et qui avait réuni un représentant de Boudourou, Zizou, Normaland et moi-même, j’ai insisté sur le fait que les organisateurs dudit workshop pourraient avoir un agenda propre et qu’ils oeuvreraient à provoquer un changement au Moyen-Orient et en Afrique du Nord selon une ligne de conduite que dictent leurs intérêts nationaux, de domination, d’hégémonie, de néocolonialisme, de démocratisation ou de libération. Appelez ça comme vous voعlez. Dans le même temps, j’ai aussi souligné que nous aussi avions notre propre agenda. En ce qui me concerne, celui de parler du cas Tunisien et de soulever les problèmes liés à la liberté d’expression en Tunisie, de la censure qui sévit en ligne jusqu’à la répression qui s’abat sur ceux qui exercent leurs droits. Il n’est question ici ni d’anges, ni d’enfants de choeurs ni de philanthropie. Chacun poursuit ses propres intérêts et agit en conséquence !

Et comme je n’ai jamais été partisan –tout comme Houssein et les autres– du principe de la chaise vide en campant sur des dogmes d’un autre temps, je me rends sans faiblesse là où on m’offre une tribune afin d’aborder les sujets qui me tiennent à coeur. Et je crois que ma participation au dit workshop a atteint ses objectifs :

  • J’ai parlé des victime de l’Internet en Tunisie, de Zouhair Yahyaoui, Ramzi Bettibi, les Jeunes de Zarzis, Slim Boukhdhir, etc.

  • En ma qualité de représentant de Global Voices au sein de la conférence, j’ai donc parlé de l’importance de cet portail de la blogsphère globale et des différents projets que Global Voices est en train de réaliser pour soutenir les blogs et le journalisme citoyen dans le monde, comme le projet Rising Voices, Lingua et Advox.
  • J’ai parlé de l’excellent travail fait, depuis 2004, par le site citoyen nawaat et son approche mettant à profil les outils web 2.0 pour soutenir la cause de la liberté en Tunisie et offrir un espace à une information alternative. La nouvelle version de nawaat dispose d’un Hub 2.0 très élaboré réalisé par Astrubal et qui vous permet de suivre les derniers billets et les derniers commentaires postés sur l’ensemble des blogs tunisiens. Le Hub 2.0 vous offre aussi la possibilité de visualiser les vidéos (proxifiées) relatives à la Tunisie publiées sur les différentes plate-formes de partage de vidéos comme Youtube, Dailymotion, Google Video, etc. (see nawaat and die).
  • Nawaat 2.0 Hub

  • J’ai parlé du journalisme citoyen et le blogging en tant qu’outils efficaces pour combattre :
    1. la corruption, et j’ai donné l’exemple marocain de Sniper de targist et du Nador

    2. la torture et le harcèlement sexuel en parlant du travail des blogueurs egyptiens à l’instar de Wael Abbas et MaLcoLM X.
    3. la désinformation en citant l’exemple chinois très original de l’anti-cnn.com qui avait comme but de dévoiler la désinformation des médias occidentaux lors de la couverture médiatique des récents événements du Tibet.
    4. la langue de bois et le journalisme à deux sous et j’ai mentionné le blog tunisien Boudourou.
    5. En réponse à la proposition de Houssein de construire un aggrégateur des blogs maghrébins, j’ai informé les présents de l’existence d’un projet (en cours de construction) techniquement très performant qui fera pénétrer les blogs maghrébins dans l’univers du web sémantique.

J’ai aussi présenté, avec Clothilde Le Coz, Responsable du bureau Internet et libertés de Reporters sans Frontières, un workshop sur le sujet de l’anonymat et les techniques qu’il faut utiliser pour se protéger. Faisant suite aux demandes de certains blogueurs tunisiens, j’aimerai bien partager avec vous la présentation que j’ai faite sur le sujet du “Comment Bloguer Anonymement ?” Vous pouvez la visualisez ci-dessous (ou directement sur le slideshare.net). Vous pouvez aussi télécharger le fichier PDF de la présentation contenant également les notes explicatives.

Si vous voulez approfondir vos connaissances techniques dans le domaine de l’anonymat, je vous conseille de lire le “Guide pour bloguer anonymement avec WordPress & Tor” (download PDF file) qui est disponible en français grâce à la traduction du blogueur tunisien Malek Khadhraoui.

Le guide propose différentes méthodes pour protéger votre identité en ligne, afin d’éviter d’éventuelles  représailles. Il réduit considérablement le risque que l’identité réelle d’un blogueur puisse être liée à ses écrits, à travers des solutions techniques et quelques mesures de prudence simples.

Hormis ce constat positif sur le plan “proffessionnel” et de la formation, le workshop était aussi un succès sur le plan humain. Le fait de rencontrer face-à-face des blogueurs et blogueuses du pays et de partager avec eux/elles des moments inoubliables d’échanges et de découvertes était pour moi, du fait de ma situation d’exil, une occasion unique pour faire la connaissance de gens très intéressant avec qui je partage un outil (blogging, le web), une culture, un pays et des idéaux.

Et pour finir, je dirai que faire la connaissance de blogueurs et activistes comme Rachid Jankari , Othmane Boumaalif, Tarik Essaadi, Hichem Abboud, Samira Elidrissi & Jamila Lamnante de Selwane.TV et Selwane.com, Lazhar Djziri du Quotidien D’Oran, Mohamed Zainabi, etc. valait vraiment la peine.

Merci aux organisateurs, aux participants et surtout à ce beau pays qu’est le Maroc où j’ai pas vu Bush, mais parlé de Ben Ali !!

Advertisements