Tagged: libertés Toggle Comment Threads | Keyboard Shortcuts

  • sami ben gharbia 10:39 am on November 5, 2006 Permalink | Reply
    Tags: , elections, libertés,   

    Klem Ellil – كلام الليل 

    All about Democracy and Election in Tunisia

    Suite aux extraits (transcriptions) de Klem Ellil postés par Mouwaten Tounsi sur son blog, voici un enregistrement audio que j’ai mis sur Google Video. Ça traite du sujet de la démocratie et des…élections… en Tunisie.

     
  • sami ben gharbia 11:18 pm on November 2, 2006 Permalink | Reply
    Tags: , , , , libertés, ,   

    Blogging Tunisia: Good News and Bad News 

    Written for Global Voices

    The good news is that Tunisia won’t bomb Aljazeera TV channel. It just has put an end to its diplomatic representation in Qatar and shut down its embassy in Doha. That’s what Arab regimes can do, has Houssein noticed [Fr], when they loose a battle in the information war against the pan-Arab and Qatar-based satellite channel Aljazeera. The cause of this decision was the broadcasting on October 14 of an interview with Moncef Marzouki, an opponent of the Tunisian regime, president of the Congress for the Republic (CPR, unrecognized political party) in which he called for a “civil resistance movement” against the Tunisian government. (Watch the video [Ar] )

    The statement issued Wednesday 25 Oct. by the Tunisian Foreign Ministry, following the withdrawal of the Tunisian diplomats, accused Aljazeera of waging a “hostile campaign aimed at hurting Tunisia“:

    « By taking deliberately malicious positions vis-a-vis Tunisia, Al-Jazeera has broken all limits and transgressed the moral rules on which journalism is based. »

    In his interview with Aljazeera, the human rights activist and former president of the Tunisian League for Human Rights (LTDH), Moncef Marzouki called for “civil disobedience, using peaceful means to impose rights and freedoms in Tunisia“. He also announced on his personal site [Fr + Ar] that he would return to Tunisia on 21 October:

    «After much thought and consulting with friends, I have decided to return to Tunisia on 21 October as planned, to take all risks, to continue my call to Tunisians to refuse to submit to a regime that has deprived them of their liberties and their fundamental rights. » [See the whole statement of Moncef Marzouki translated by The Arabist]

    His return was met by the opening of a criminal investigation against him for inciting the population to break the law,” and with a summon to appear before a judge , Human Rights First advocacy group said in its last statement to support Moncef Marzouki. And according to his lawyer Abderraouf Ayadi, Mr Marzouki risks between two months and three years in jail for “incitement to violence and civil disobedience.”

    Tarek, though he does not like Aljazeera and considers it as a TV channel with political agenda, does not back the decision of Tunisia to shut its embassy in Doha. But in the meantime, he uses almost the same rhetoric as the Tunisian regime, seeing in foreign media coverage a sort of orchestrated and hatred campaign against the country:

    ألم تتحامل علينا القنوات الفرنسية العامة منهاوالخاصة من قبل؟ ألم تتحامل علينا الصحف السويسرية؟ الاعلام الاجنبي من الشرق الى الغرب لا يتذكرنا الا في مواضع القدح والذم ويغلو في إعطاء الدروس

    In the past, didn’t the French public and private channels wage a hatred campaign against us, and didn’t the Swiss newspapers too? Foreign media, from East to West, only remember us in negative contexts, to slander and libel us and are excessively prompt to giving lessons.

    Reacting on the same ongoing controversy, Legend Of The Fall wrote:

    I do not agree with such step. WHY not to close our Embassy in France for example? or in Washington DC? I believe that such decision was taken with no reasonable care!

    More questions has been asked by Lowe in his Adieu Doha ??? (Farewell to Doha?). He wondered about the fate of the Tunisian expatriates living in Qatar and those Qatari living in Tunisia, about the Qatari investments and if the recent crisis will harm the air traffic between the two countries.

    Armed with a historical and sarcastic view, Hatchoum went back to 2001 when Tunisia has temporarily withdrawn its ambassadors from Doha, to protest the airing of interviews with Bensedrine, editor of the on-line censored magazine Kalima, and other dissident Tunisian intellectuals and human rights activist. However, he said, on 28 October 2002 the emir of Qatar, and the royal owner of Aljazeera, Hamed Ibn Khalifa Al-Thani has inaugurated with President Ben Ali the new Faculty of Medicine of Tunis. Hatchoom interrogates the reasons behind the recent decision to shut the Tunisian embassy in Doha:

    L’État tunisien cherche-t-il à financer la reconstruction des amphi du campus de Tunis qui commencent à tomber comme des châteaux de sable?

    «Is the Tunisian state seeking to rebuild the amphitheatres of the campus in Tunis which are collapsing like sand castles? »

    The bad news is that the Paris-based advocacy group Reporters Without Borders (RSF) has released its fifth annual Worldwide Press Freedom Index in which Tunisia is now ranked 148 out of 168 countries, right above Gambia, Yemen, and below Zimbabwe of Robert Mugabe, Sudan and Somalia!

    3617MyLif€ [Fr], the only Tunisian blogger that has written about the RSF report, put it cynically by finding it a very good rank after the success of Tunisia in the Global Competitiveness Report 2006-2007 which made of its economy “the most competitive in Africa and in the Arab world” with its 30th rank. “A Good joke” said 3617MyLif€ who added:

    je suis fier des compétences de mes compatriotes fonctionnaires de la République.

    « I am very proud of the competence of my fellow citizens, civil servant of the Republic. »

    On Maghreb Blog Larbi [Fr] has also commented the RSF report and wrote:

    Comme à l’accoutumé les pays du Maghreb figurent parmi les mauvais élèves. Selon l’Organisation, la Mauritanie (77ème) est le pays maghrébin le mieux classé. Bien qu’il gagne 23 places dans le classement, le Maroc se contente du 97ème rang tandis que la Libye (152ème) reste le pays maghrébin le plus liberticide. L’Algérie (126ème) et la Tunisie (148ème) ne font pas mieux.

    As usual the Maghreb countries are among the “bad pupils”. According to the Organization, Mauritania (77th) is the best classified Maghreb country. Morocco moved with 23 places up to 97th position, while Libya (152th) remains the most libertine North African country. Algeria (126th) and Tunisia (148th) do not do much better.

    There is an interesting rumor circulating in Tunisia and on the Internet that the defense minister Kamel Morjane, a distant relative of President Ben Ali, is being prepared to be his vice president and possible successor. In 2003 the French newspaper Libération has suggested that Ben Ali would be sick with cancer and that a family and clan power struggle regarding his succession has emerged. According to this hearsay, even the United States and numerous European countries seem to express a strong preference for Mr Kamel Morjane to run the post Ben Ali Tunisia. A constitutional amendment to create the vice president function will need to be adopted.

    Reacting on this rumor in a heated debate that has been raging for a couple of days, Astrubal [Fr] wrote the following:

    Si effectivement ce scénario se concrétisait par la révision de la Constitution en ce sens et si un technocrate à l’instar de Kamel Morjane devenait président de la République parce qu’il a les faveurs des USA, alors le “chalabiste” ne pourra être ce monsieur. Les “chalabistes” ce seront nous pour avoir choisi de laisser les puissances étrangères décider de notre destin.

    If indeed the scenario of the constitutional revision will take place in this way, and if a technocrat like Kamel Morjane will become the President of the Republic of Tunisia just because he won the favor of the USA, then he will not be “the chalabist”. “chalabists” will be all of us who have chosen to let the foreign powers determine our own destiny.

    Alyssa [Fr] on the other hand criticized the passive and fatalistic attitude of the Tunisian:

    Ce qui me préoccupe davantage c’est que l’ensemble de l’auditoire et des spectateurs de la scène tunisienne semblent avoir accepté comme véridique la compétence, l’intégrité et le dévouement à la cause tunisienne de Mr. Morjane sans même en demander des preuves. Ceux qui ont eu le loisir de s’intéresser aux mécanismes de la propagande et de la démagogie me comprendront : il suffit de lancer une rumeur, de la faire répéter, que tout le monde l’achète comme bon produit et le tour est joué.

    What causes my concern is that the audience and spectators of the Tunisian scene seem to have accepted as an unquestionable truth the competence, integrity and loyalty of Mr. Morjane to the Tunisian cause, without requesting any evidences. Those who have had the leisure to be interested in the mechanisms of propaganda and demagogy understand what I mean: you start with a rumor, get it repeated and spread around, get everybody buy it as a good product and it’s all done.

     
  • sami ben gharbia 9:06 am on September 25, 2006 Permalink | Reply
    Tags: , , , , , libertés, ,   

    خارطة السجون التونسية 

    Tunisian Prisons Map

    إضغط هنا أو على الصورة لمشاهدة الخارطة

    الإطار العام

    تعتبرالسلطات تونسية أن التعرض لملف السجون و النظام العقابي مساسا بالأمن القومي. فالملف “قضية دولة” بالدرجة الأولى و كل من تجرأ على رفع “صمام” الصوت عن هذا الموضوع لكشف أسراره و ملامسة مكامن الخلل دفع مقابل “تهوره” هذا ثمنا باهضا. و خير شاهد على هذا ما تعرض له الصحفي الهادي يحمد بعد نشره، في العدد 885 من مجلّة حقائق الصّادرة يوم 12 ديسمبر 2002، مقالا بمناسبة اليوم العالمي لحقوق الإنسان تناول فيه أوضاع السّجون التونسية. حيث اضطر كاتب المقال إلى الاستقالة، فالهجرة، بعدما تم سحب العدد من الأسواق و حرمان المجلة من الاشتراكات العمومية.

    و في مقابل ” قانون الصمت” الذي فرضته الطبقة الحاكمة، و في مقابل عزمها على منع الصحافة و المنظمات الحقوقية و الإنسانية من الإقتراب من هذه المنطقة الممنوعة لم يعد من الممكن معرفة العدد الحقيقي للسجون و المؤسسات العقابية التونسية و لا الإطلاع على معدلات الجريمة أو العدد الإجمالي للسجناء. و كما ذكـّر بذلك المستشار التونسي لليونيسف الإستاذ فتحي التوزري فإنه “منذ سنة 1992 ساد ما يشبه حالة تعتيم على الأرقام و الإحصائيات المتعلقة بالجرائم، حتى تلك العنيفة منها (…) و لا يوجد ما يكفي من البحوث حول نزلاء السجون.” “Violence au quotidien”, par Ridha Kéfi – Jeune afrique n° 2372, 25 juin 2006. و تجدر الإشارة هنا إلى أن بعثة الصليب الأحمر الدولي رغم حصولها على ترخيص من الحكومة التونسية لزيارة المؤسسات العقابية، إثرسنوات من المماطلة و التسويف، لم تزر إلا عددا محدودا من السجون (تسعة سجون) قابلت خلالها نصف المساجين التي برمجت زيارتهم.

    تونس التي تـُعد في “المحافل” الدولية نموذجا متفردا يُحتذى به لم تفصح عن إحصائيات هذا الملف الحساس إلا بمناسبة إستقصاء الأمم المتحدة السابع عن اتجاهات الجريمة و عمليات نظم العدالة الجنائية الذي يتناول الفترة ما بين 1998 و 2000. إلا أن تونس كانت من البلدان القليلة، من بين ال92 المشاركة في الإستقصاء، التي لم تقدم أية معلومة عن نظامها السجني على الرغم من مطالب هيآت منظمة الأمم المتحدة المعنية بالإستبيان. فغابت، في التقرير النهائي الخاص بتونس، الأرقام المتعلقة ب :

    (More …)

     
    • Cheikh El7illa 7:03 pm on September 26, 2006 Permalink | Reply

      Je suis un blogger Mauritanien, je suis profondement emu par ce sujet et par la chanson rap des jeunes. Vous avez mon plein soutien.

      A BAS LA DICTATURE!!!

    • Sami Ben Gharbia 12:49 pm on September 27, 2006 Permalink | Reply

      merci cher Cheikh El7illa pour votre soutien.

      bien à vous

    • Cheikh El7illa 8:11 pm on September 27, 2006 Permalink | Reply

      Sami,

      Si ce n’est pas trop demande ca te derangerai de me filer le banner pour liberer Maitre Ebbou ??

      Merci d’avance

    • Sami Ben Gharbia 3:18 am on September 28, 2006 Permalink | Reply

      @ Cheikh El7illa:

      oui biensûr, voici le code pour insérer l’image :

      <a href=’http://action.humanrightsfirst.org/campaign/Abbou3?qp_source=ga%5fadv’><img src=’http://www.kitab.nl/wp-content/upload/freeabbou.jpg’ alt=’Release Abbou’></a>

    • james 4:56 am on September 28, 2006 Permalink | Reply

      can’t read arabic..but want to show my support. also loved this google map mashup. have you seen google earth prisons of the world kml file? It overlays prisons of USA and Europe and more over world map.

    • Cheikh El7illa 6:36 am on September 28, 2006 Permalink | Reply

      ألف شكر سي سامي

    • جُحَا.كُمْْ 7:50 am on October 3, 2006 Permalink | Reply

      العزيز سامي

      أخيرا، لقد أطلت الغياب، ولكن يشفع لك هذا المجهود الكبير الذي تبذله في كشف المستور من أفعال نظام بلدك تونس.. وأحييك على ذلك..

      جُحَا.كُمْْ

  • sami ben gharbia 3:54 am on September 24, 2006 Permalink | Reply
    Tags: , , , , libertés,   

    La carte des prisons tunisiennes 

    Tunisian Prisons Map

    Pour accéder à la Carte des prisons tunisiennes, cliquez ICI ou sur l’image.

    Pire qu’un tabou, le système carcéral en Tunisie est une affaire d’Etat, une question de sécurité nationale. Tous ceux qui ont osé aborder le thème, révélant ses secrets ou pointant du doigt ses dysfonctionnements ont payé cher leur « imprudence ». En témoigne le cas du journaliste Hédi Yahmed. Convoqué par le procureur de la République, puis contraint à démissionner de l’hebdomadaire « Réalités » puis de quitter la Tunisie suite à un article sur les prisons tunisiennes qu’il a publié le 12 décembre 2002 dans le cadre de la célébration de la Journée Internationale des Droits de l’Homme.

    Face à cette omerta de la classe dirigeante et sa détermination à museler la presse et les organisations de défense des droits de l’Homme dès qu’ils s’approchent de cette “Zone interdite”, il a été impossible de se faire une idée sur le nombre exact des prisons et des établissements pénitentiaires, de connaître le taux de la criminalité dans le pays, ou le nombre de sa population carcérale. Comme le rappelle à juste titre Fathi Touzri, un consultant tunisien à l’Unicef, « depuis 1992, il y a comme un blocus sur les chiffres des délits, même des délits violents. (…) Il n’y a pas davantage d’enquêtes sur la population carcérale.» “Violence au quotidien”, par Ridha Kéfi – Jeune afrique n° 2372, 25 juin 2006. Même le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), qui a décroché une autorisation de visiter les prisons tunisiennes après des années de tractations avec le régime, n’a pu visiter qu’un nombre limité de prisons ne rencontrant que la moitié du nombre de détenus programmé pour une visite.

    Souvent présentée comme bon élève des Institutions internationales, la Tunisie n’a rendu publiques ses statistiques relatives à ce dossier sensible qu’à l’occasion de la Septième Enquête de l’Organisation des Nations Unies sur les tendances de la criminalité et le fonctionnement des systèmes de justice pénale 1998-2000. Elle l’a fait tout en se gardant, bien sûr, de divulguer les secrets de son système carcéral. La Tunisie était parmi les rares pays, des 92 participants à ladite enquête, à ne fournir aucune information sur ses prisons. Information pourtant sollicitée par les organismes de l’ONU. Ainsi, on ne trouve dans le rapport final aucune trace des données concernant :

    • le nombre des Prisons/établissements pénitentiaires pour adultes ni pour mineurs ni même par sexe ;
    • les ressources financières du système carcéral;
    • le nombre des personnes incarcérées, par catégorie d’incarcération;
    • le temps passé en prison par des adultes avant jugement;
    • la durée de la peine effectivement purgée en prison par des adultes après leur condamnation;
    • les personnes en liberté surveillée, par groupe d’âge;
    • les personnes en liberté conditionnelle, par groupe d’âge;
    • les détenus condamnés, par sexe et groupe d’âge.

    Comment peut-on expliquer l’obsession sécuritaire du régime tunisien quand on veut s’approcher de cette zone interdite qu’est la prison ? Normalement, seules les informations susceptibles de porter effectivement atteinte à la sécurité nationale devraient être dissimulées. Comme par exemple les renseignements sur le système militaire et la défense. Or, et comme l’a démontré Astrubal, « comment se fait-il qu’ en parcourant le Web on trouve une TUNISIE littéralement mise à nue par la description jusqu’au moindre détail de ses forces armées ? » Réponse élémentaire dirait Watson : Question de sécurité nationale, Astrubal, 13 septembre 2004. alors qu’on ne trouve aucune information relative à son système carcéral ?

    Si, dans d’autres pays, la liberté d’information comprend le droit du public d’accéder à l’information détenue par les autorités publiques, elle se heurte en Tunisie à une obsession sécuritaire et à un pseudo-impératif d’intérêt national qui privent les citoyens de leur droit élémentaire d’être informés. Ce qui justifie la chape de plomb imposée par les autorités locales lesquelles, sous des prétextes souvent biaisés, ne sont plus tenues de publier des catégories essentielles d’information qui concerne le pays. De la sorte, on a toujours empêché la divulgation de renseignements sur le taux de la criminalité ou sur le nombre des prisons et de sa population carcérale … comme si ces informations relevaient du patrimoine privé des gouvernants ! Or, sur quelles bases scientifiques se décide la politique nationale de prévention de la criminalité tout comme d’ailleurs les investissements en matière d’affaires pénitentiaires ? Sur quelle base les députés tunisiens votent-ils la ventilation des crédits en matière de lutte contre la criminalité ? Sur quels éléments objectifs s’appuient-ils lorsqu’il s’agit de consentir des efforts s’agissant des plans de réinsertion des anciens détenus ? Enfin, sur quels indicateurs s’appuient les évaluations de la politique juridico-pénitentiaire pour prévenir la récidive, faire reculer la criminalité tout en respectant les standards internationaux en la matière ?

    Toujours est-il et à en croire le rapport de la LTDH sur les prisons tunisiennes intitulé « les murs du silence » rendu public le 7 octobre 2004, on dénombre 29 établissements pénitentiaires et 7 centres de détention juvéniles. Selon des statistiques émanant de diverses sources, comme les Nations Unies et le Conseil de l’Europe, la Tunisie, avec ses 253 prisonniers pour chaque 100 000 habitants, avait occupé, en 2002, la 4ème place parmi les pays les plus répressifs de la planète devançant même la Chine, Israël et le Brésil. Le système carcéral en chiffres, Les pays les plus répressifs, Le monde diplomatique, juin 2003..

    Le nombre impressionnant des prisons qui dépasse le nombre des gouvernorats (il y a 24 gouvernorats en Tunisie, alors qu’on compte à Bizerte trois prisons dont le sinistre Borj Erroumi) pourrait être interprété de 2 manières :

    • le taux élevé de la criminalité et donc de la population carcérale d’où le besoin de construire davantage de prisons. Or cette explication se heurte à l’impossibilité d’appréhender les statistiques non divulguées pour des raisons aléatoires, comme celles invoquées par un responsable local pour justifier ce black-out : «1. La Tunisie étant un pays touristique, de telles informations risqueraient de nuire à son image. 2. Le pays manque de statisticiens capables de manipuler ce genre de chiffres avec doigté. 3. Si elles étaient divulguées, de telles données pourraient être utilisées de manière malveillante par l’opposition ». Violence au quotidien, Op. Cit.
    • le souci du pouvoir de créer des prisons de proximité. Or, ce prétexte aussi ne tient pas devant la politique gouvernementale de l’éloignement des prisonniers de leur lieu de résidence, leur infligeant ainsi, à eux et à leurs familles, une sorte de “double peine”. Cette politique, rapportée et contestée par les ONG de défense des droits de l’Homme, est l’un des procédés les plus insidieux utilisés par le régime pour empoisonner la vie des prisonniers et de leurs familles.

    Il est peut-être important de rappeler qu’il y a 3 échelles dans le système carcéral en Tunisie :

    1. il y a les prisons et les centres de détention ;
    2. l’isolement cellulaire prolongé des prisonniers politiques, qualifié par certains comme étant une prison dans la prison;
    3. la résidence surveillée, le harcèlement judiciaire et le contrôle administratif. Un arsenal redoutable pour priver les anciens prisonniers politiques de leur droit à la circulation et au travail et qui est détourné à des fins de bannissement pur et simple, comme l’illustre le cas du journaliste Abdallah Zouari, assigné à résidence à Zarzis, dans le sud du pays, alors que son domicile habituel et sa famille se trouvent à Tunis, au Nord (voir la carte).

    La carte.

    La carte consiste à un travail de mushup (une technique de mixage d’applications composites et de services exposés sur le web pour en former un nouveau service). Cette carte dresse :

    • Une liste approximative des prisons tunisiennes installées sur une carte Google Maps API + GMapEZ. Afin d’élaborer la liste, je me suis basé sur les rapports des ONG des droits de l’Homme ainsi que sur une Liste provisoire des prisons tunisiennes réalisée par Tsar Boris sur TUNeZINE . Comme lui, j’envisage de compléter et d’améliorer un jour ce travail. A noter que seuls les marqueurs indiquant la prison de 9 avril, de Gorjani, celle de Borj Erroumi, du Nadhor, et de Bizerte City sont exacts. Les autres indiquent un emplacement approximatif, généralement le chef-lieu de la localité dont est tiré le nom de la prison.
    • Des fichiers vidéo et/ou audio hébergés sur YouTube relatifs aux prisonniers politiques en Tunisie.
    • Des animations flashs que j’ai réalisées et mis en ligne sur mon Blog [fikra] ou sur nawaat.
    • Quelques photos de certains cas individuels.
    • La version Y !Q Beta du moteur de recherche contextuel de Yahoo.

    Le lien vers la Carte des prisons tunisiennes.

    P.S: Vous pouvez contribuer à l’amélioration de cette carte en l’enrichissant par des informations ou en m’aidant à trouver l’emplacement exact des prisons sur la carte. Si vous êtes sûr de l’emplacement d’une prison, prière d’utiliser cette carte :

    Choisir Hybrid comme type de carte. Au menu déroulant se trouvant à droite de la carte, sélectionner la Tunisie. Agrandir la carte. Localiser la prison. Mettre l’emplacement de la prison au centre. Double-click. Copier les Latitude/Longitude de la prison qui s’afficheront automatiquement en bas de la carte sous l’onglet Map Information. Me les envoyer. Merci !

     
    • TomPaine.com »Google Against Guantánamo 1:58 pm on September 26, 2006 Permalink | Reply

      […] Tunisian activist-in-exile Sami Ben Gharbia has just compiled an incredibly rich and informative Google mash-up of Tunisia’s network of secret prisons and sites of human rights abuses (via Or Does it Explode?). Take a look :

      I know it seems overly optimistic to assume that this sort of public information sharing can make a difference against the forces we are facing, but knowledge is the inescapable first step. Google has given us the power to turn surveillance back on the spymasters of this world.

      Where are the maps of our global “war on terror”? Let’s make sure all that information is out there and easily accessible, contextualized and explained.[…]

    • Astrubal 5:21 pm on September 26, 2006 Permalink | Reply

      D’abord chapeau Sami pour le boulot accompli pour cette carte des prisonniers politiques. Le contenu est remarquable et j’espère que tu trouveras le temps pour le compléter. Ce qui est certain en tout cas, pour le peu que j’ai pu constater sur le net, c’est que, à peine la carte publiée, qu’elle est déjà reprise par de nombreux sites et blogs à l’instar de :

      tompaine.com

      sabbah.biz

      ordoesitexplode.com

      frizzylogic.org

      Et sur le blog de frizzylogic.org, Rachel Rawlins a été tellement enthousiasmée qu’elle a décrit ta carte comme un ” amazing mashup, a spectacular use of internet resources and technology to tell the story of an extraordinary regime in an utterly vivid and compelling way. Thanks very much, Sami Ben Gharbia.

      Donc encore bravo, tu n’as pas loupé l’occasion pour faire encore parler des prisonniers politiques tunisiens.

      Je ne te cacherai pas que j’ai voulu, par curiosité, voir si au sein de la blogosphère tunisienne, il y a mention de la publication de cette carte ? Et bien, figure-toi, la “lobotomisphère” tunisienne est toujours aussi lobotomisée… Dès qu’il s’agit de démocratie, de prisonniers politiques et de défense des libertés fondamentales, les têtes se retrouvent toujours dans les trous. Et je crois bien que le cas de cette “lobotomisphère” est unique sur la toîle mondiale. Que celles pour qui j’ai eu de l’estime après les avoir lues, à l’instar de LaBlogeuse, Nasnoussa, Mira ou Elyssa… me pardonnent ces propos sévères. Elles au moins, elles en ont des….

      Cela dit, Allah y Samhik Ya sami, Bach Etsakir ala ettouansa Google Earth (الله يسامحك يا سامي، باش تسكر على التوانسة ).

      Ben Ali, avec son obsession sécuritaire, va finir par censurer Google Earth en Tunisie. Alors avant qu’il le fasse, et pour le souvenir de ce formidable outil qu’est Google Earth, je dédie ces images aux agents du palais de Carthage. Ces même agents proposés à l’entretien de la centaine de pancartes intimant aux Tunisiens “l’interdiction de photographier” le domaine qu’ils ont payé avec leurs impôts et qu’ils continuent, à coup de centaines de millions, à entretenir tous les ans.

      http://www.nawaat.org/images/Carthage1.jpg

      http://www.nawaat.org/images/Carthage2.jpg

      http://www.nawaat.org/images/Carthage3.jpg

      http://www.nawaat.org/images/Carthage4.jpg

      http://www.nawaat.org/images/Sidibou.jpg

      Astrubal, le 26 septembre 2006

      yezzi.org, nawaat.org

    • CyberSoule 5:05 am on September 29, 2006 Permalink | Reply

      After I made Publicity for this great map on some sites and blogs (tn), I’m here to thank you for this great job. It’s so artistic, renovator and rebel.

      Thank you Sami and don’t listen to the monsters and to the slaves of fear

    • lolita 2:13 pm on May 24, 2008 Permalink | Reply

      http://tunisie-harakati.mylivepage.com

      Une forte pensée pour madame Sameh Harakati détenue à la prison pour femme de Mannouba à Tunis. Une affaire injuste pour une innocente du système. J’ai suivie de très nombreuses affaires judiciaires en Tunisie et c’est celle-ci qui m’a le plus révoltée. On jette une femme en prison sur le seul témoignage d’un criminel. Mais qu’elle est donc cette Tunisie qui ne sait pas reconnaître l’évidence de l’innocence ?

    • Zachery 8:36 pm on March 9, 2010 Permalink | Reply

      Andd this is the reason I like samibenjgharnia.com. Fascinating posts.

  • sami ben gharbia 7:58 pm on April 25, 2006 Permalink | Reply
    Tags: , libertés,   

    Le mp3 des jeunes du Kef 

    function openpopup4(){

    var popdeux=”/tunisianprisonersmap/mp3_kef.html”;

    winpops=window.open(popdeux,””,”width=170,height=269,”);

    }

    The case of the Youth of Kef condemned for downloading an mp3 (See the flash animation of the song) of a HipHop song criticizing the brutality of the Tunisian police service (more info here) .

    flash

    Je ne sais pas si ça vous laisse indifférents ; personnellement la nouvelle de la condamnation des majeurs (les mineures ayant étaient libérés), parmi les jeunes tunisiens (de la ville du Kef) accusés d’avoir échanger un MP3 d’une chanson Rap/HipHop critique à l’égard de la police pour ses agressions et ses atteintes aux droits et libertés, m’a profondément attristé. La manière avec laquelle le régime tunisien réprime la jeunesse et œuvre à « réguler » leur rapport tant soit peu « rebelle » avec les nouvelles technologies – hier c’était la navigation sur des sites Web interdits, aujourd’hui c’est d’écouter et/ou d’échanger des chanson contestataires sur des baladeurs MP3- démontre sa furieuse volonté de tout assujettir et de ne rien laisser échapper à sa mainmise oppressive sur la société.

    Conscients que nous sommes des conséquences, morales et physiques, fatales que pourrait causer l’incarcération sur ces jeunes, il est de notre devoir de militer, de quelque manière que ce soit, afin de les libérer des horreurs de cette expérience de prison.

    Rappel des condamnations :

    • Abdelhamid Labidi a été condamné à quatre mois d’emprisonnement ferme avec exécution immédiate. Il est à la prison du Kef.
    • Mohammed Aïdi a été condamné à trois mois d’emprisonnement ferme avec éxécution immédiate. Il est à la prison du Kef.
    • Zyad Hannachi a été condamné à trois mois d’emprisonnement ferme avec exécution immédiate. il est à la prison du Kef.
    • Mohammed Ouannafi a été condamné à trois mois d’emprisonnement avec sursis.

    (More …)

     
    • Nasnoussa 5:41 am on April 27, 2006 Permalink | Reply

      Merci Sami. Ou allons nous? 😦

    • Sami Ben Gharbia 6:37 am on April 27, 2006 Permalink | Reply

      Si l’affaire est attristante on reste tous responsables puisqu’on laisse le régime faire comme si le pays était une propriété privée.

      Il faut parler de ce cas, sensibiliser, Spread The News, comme disent les activistes anglophones.

    • 7ammadi 8:16 am on May 27, 2006 Permalink | Reply

      c’est vraiment la honte.

    • mohamed 7:15 pm on August 26, 2006 Permalink | Reply

      bravo les kefois bravo tts qui est contre je suis kefois je vivre a l´australie j´ai ecouté mp3 et j´ai envoyé le site

      bravo

      rajel min tounes

    • elkefbarchafakr 7:24 pm on August 26, 2006 Permalink | Reply

      ahna fi elkef w fi tounes elkol echorta heya elkol boulissi inejem yamil kif yhib howa andou hak inhichou fi bled elboulisya w dictatoaria..

      ben annine

      elkef

    • Houcine El Annabi 11:35 pm on September 25, 2007 Permalink | Reply

      C`est tres beau et courageux de la part des courageux KEFFOIS de defier le pouvoir pourrit du regime dictatorial en chantant avec un bel accent qui vient de l`autre cote de la frontiere”d`ALGERIE” bien sur.

      Il faut tenir bon par tous les moyens,viendras le jour……………..tout changeras et cela grace a des hommes

      comme les Keffois.Tunisiens de bonne fois unissons nous contre les vampires qui sussent le sang de notre chere Tunisie.

      Oban.Great Britain.

    • karim 1:52 am on October 31, 2007 Permalink | Reply

      essaber j etais au prison 2 fois a cause de ses 3attaya bledd hlouwaaa helkouhaaaaaaaaa allaghalebbbbbbbbbbb essaber louledddddddddd et c zest pour ca errdhina belghorba et bo33d el waldinn wlaa police tounessss essaber rabi fi el woujouddddddddddd

    • karim 1:54 am on October 31, 2007 Permalink | Reply

      bravo keffoisssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss bravooooooo

    • mp3 7:47 pm on November 26, 2007 Permalink | Reply

      you cool guy!!!

    • Hoodia Gordonii 12:40 pm on February 19, 2008 Permalink | Reply

      Nothing can stop me by posting these comments.

    • MUSIQUE 10:30 am on May 31, 2008 Permalink | Reply

      Il est temps que cela cesse cette répression

  • sami ben gharbia 5:12 pm on January 23, 2006 Permalink | Reply
    Tags: , filtrage, , libertés   

    De la censure aux armes massivement liberticides en Tunisie 

    Ce texte a été écrit par Astrubal & Sami Ben Gharbia et mis en ligne sur le site de nawaat.

    Ben Ali et Vinton Gray Cerf

    L’un des ennemis de l’internet, Ben Ali,
    décorant le président de l’Organisation mondiale de l’Internet,
    M. Vinton Gray Cerf. Octobre 2003

    C’est sur le site de Cisco Systems[Voir : Les partenaires de Cisco Systems représentés en Tunisie.] que l’on a appris la présence en Tunisie de la société israélienne Nice systems. Les produits très sophistiqués de cette firme permettent à la police tunisienne de l’Internet de tout intercepter. Cette technologie, comme le précise RSF dans son rapport « Internet sous surveillance »[RSF : Internet sous surveillance], « permettrait d’intercepter les conversations téléphoniques passées sur le Net (VOIP) et même de reconstituer en temps réel un dialogue ayant lieu sur un “chat” ou par un outil de messagerie instantanée – de type Yahoo ! ou MSN messenger. »

    Si dans les pays dits libres, ce type de logiciel n’est utilisé que sur une décision judiciaire et dans le cadre d’une enquête non moins judiciaire, ce n’est pas le cas dans des pays autoritaires comme la Tunisie. Dans ce pays, la censure du Net et l’interception des communications se font d’une manière généralisée, en dehors d’un quelconque encadrement légal.

    Et s’agissant de l’Internet plus précisément, le vrai problème, faut-il le souligner avec force, c’est le crime de la censure sauvage des sites Internet en dehors du cadre légal. Et ce ne sont pas les textes juridiques qui manquent, puisque les dispositions de la législation tunisienne relatives, d’une part, à la liberté d’opinion et d’expression garantissent l’existence de tels sites et, d’autre part, l’éventualité de la censure des moyens d’expression doit (devrait) être soumise à la procédure judiciaire prévue par le code de la presse.

    Par conséquent, il s’agit surtout de ce comportement sauvage qui consiste à gérer l’environnement médiatique tunisien en faisant fi de toutes les procédures légales. Dans un Etat de droit tel que décrit par Ben Ali (دولة القانون و المؤسسات), jamais il ne saurait être envisagé que cette censure puisse s’exercer sans que l’on sache qui fait quoi et en vertu de quelle disposition juridique. Et pour que cela soit encore plus clair, ce qui est insoutenable et bien plus grave encore que la censure en soi, c’est que personne à l’heure actuelle ne peut désigner avec exactitude quelle est la personne ou l’autorité qui «appuie sur le bouton» pour décapiter un site Internet sur le territoire national.[Hormis le fait d’imputer, à raison, la responsabilité de tels faits au premier responsable de l’administration tunisienne, c’est-à-dire le président de la République.]

    Allez demander au PDP, parti politique pourtant reconnu légalement, s’il détient le moindre document lui ayant signifié la censure de son site en Tunisie, document mentionnant clairement l’autorité légale ayant pris cette décision tout en précisant le fondement juridique de ladite décision. Et dire que certains mythomanes osent nous parler d’Etat de droit.

    Par ailleurs, l’objet de nos propos, n’est pas tant de nier le droit de l’administration tunisienne d’avoir la maîtrise de l’environnement médiatique. Et à la limite, sous de grosses réserves (cf. infra), nous ne sommes pas loin de penser que la détention des moyens de filtrage, aussi sophistiqués soient-ils, relève pour l’Etat, des nécessités inhérentes à la sécurité nationale. En revanche, l’utilisation et l’usage qui peut en être fait, ne peut se concevoir sans le cadre impérieux de la loi et sous le contrôle non moins impérieux du pouvoir judiciaire. En somme, que la Tunisie détienne de tels moyens techniques n’est pas en soi choquant, c’est l’usage abusif, sauvage et criminel qui doit être dénoncé et condamné de la manière la plus ferme.

    Il va de soi que la responsabilité morale des fournisseurs de ces technologies de filtrage, qui visent d’une manière précisément très « sophistiquée » l’atteinte à la liberté d’expression, ne saurait être ignorée du fait de la mise de ces moyens entre les mains des tyrans. Et cette responsabilité morale est telle, qu’elle donna lieu, aux USA, en 2003, au Global Internet Freedom Act. En effet, cette loi fut, telle que le signale le rapport de RSF, « voté [é] par la Chambre des représentants en juillet [de la même année, avec, pour objectif] de lutter contre la censure de l’Internet mise en place par des régimes répressifs »[RSF : Internet sous surveillance. Les Etats-Unis.] . La même loi allant jusqu’à prévoir « la création d’un bureau de la liberté de l’Internet (Office of Global Internet Freedom) chargé de promouvoir des moyens techniques pour aider les internautes de ces pays à contourner la censure. »[Ibid] Sans compter le partenariat mis en œuvre avec la société qui gère des proxies anonymes, en l’occurrence Anonymizer, bien connue des internautes Tunisiens (cf. le même rapport).

    Or, quelle est l’efficacité des anonymisers, si les logiciels de censure fournis à la Tunisie, et aux autres pays autoritaires, sont capables de bloquer l’accès à toute une catégorie d’anonymisers. C’est ce que conclue The OpenNet Initiative dans son rapport Internet Filtering in Tunisia in 2005[The OpenNet Initiative: Internet Filtering in Tunisia in 2005] rédigé après un test approfondi effectué sur les techniques de restrictions imposées aux Tunisiens. Ainsi 12 des 13 anonymisers testés par The OpenNet Initiative sont bloqués en Tunisie ; ce qui donne un taux de 92% de filtrage visant cette seule catégorie [Ibid– C. New Global List Results]. Taux supérieur à toutes les autres catégories touchées par la censure, à l’instar de la catégorie “politique”, “opinion” et “ONG”.

    Cliquez sur l’image pour l’agrandir

    Les compagnies concernées, qui font du business au détriment des libertés publiques, donnant à la police tunisienne les moyens de filtrer Internet, d’intercepter nos communications, de les reconstituer et de savoir qui consulte quoi, ne prennent aucune mesure pour éviter que leur technologie ne serve à bafouer les droits humains les plus élémentaires. Ainsi, le responsable de la communication de Secure Computing, David Burt, non seulement reconnaît, après tergiversation [Yishay Mor, And I almost stopped blogging], que sa compagnie vend le logiciel SmartFilter à un Fournisseur d’Accès à Internet en Tunisie pour bloquer des sites pornographiques [Ibid « We do sell SmartFilter to an ISP in Tunisia. They use it to block pornography sites.»], mais admet également que « les dirigeants peuvent tout aussi bien cocher les cases “politique” et “ONG”.» [Lire : Le ministère de la Vérité.] et bloquer ainsi les catégories qui incluent :

    • les partis politiques ;

    • les organisations de défense des droits de l’homme ;

    • Les sites d’information politique ;

    • Les forums dissidents de discussion ;

    • Ou tout simplement les rubriques politiques de journaux étrangers, pourtant connus pour leur modération.

    Cliquez sur l’image pour l’agrandir

    Ce faisant, on prive tout un pays de l’accès à l’information nécessaire à son développement humain.

    Si l’on ne peut pas condamner Mercedes ou Fiat pour la fourniture des camionnettes utilisées par la police tunisienne notamment pour ses raffles, (car ce même type de véhicules est également utilisé à bon escient par des citoyens) on ne peut que condamner les fournisseurs de logiciels qui facilitent le filtrage d’Internet en incluant des algorithmes pour bloquer les contenus politique, les forums d’opinion et les sites des ONG. Et ceci est d’autant plus condamnable, lorsque l’on réalise que le développement et l’usage de ces algorithmes ne peut se faire sans la transgression des conventions internationales relatives à la libre circulation de l’information, ni sans la violation du droit interne qui garantit le libre accès à cette même information.

    En attendant le projet de loi destiné à « l’organisation de la presse électronique »[La Presse, Tuni 21 Décembre 2005. Adoption de projet de loi organique portant amendement du code de la presse.] (recommandé par Ben Ali en décembre 2005 en marge de l’Adoption du projet de loi organique portant amendement du code de la presse), la censure en Tunisie continue à sévir dans l’illégalité la plus totale et de la manière la plus sauvage. On a même appris sur « Radio Vatican » que « La Tunisie a même installé à Bizerte une [nouvelle ndlr] cellule de cinquante à cent fonctionnaires tunisiens dont la tâche principale est de filtrer les informations d’Internet. »[Ecoutez un extrait audio d’un témoignage sur Radio Vatican le 15 novembre 2005 : En Tunisie la répression, toujours à l’ordre du jour. Pour écouter la totalité de l’interview cliquez ICI.]

    En attendant la fin du calvaire de la « mensongère page 404 » (voir la vidéo enregistrée à Tunis lors du SMSI (Thomas Bekkers)) qui se substitue à la page censurée pour dissimuler le crime de la censure ; et dans l’attente de mettre, un jour ou l’autre, devant leurs responsabilités ceux qui gèrent le paysage médiatique tunisien d’une façon patrimoniale, à l’image du fermier qui décide vers où ces bœufs, objet de son patrimoine, doivent chercher la lumière, l’on ne peut qu’inviter tous les internautes à dénoncer ces faiseurs d’algorithmes (Cisco, Nice System, Secure Computing etc.) qui permettent de violer nos libertés et nos droits, pourtant garantis par de nombreuses législations. C’est bien de vouloir, dans les temps qui courent, demander à l’Iran de respecter ses engagements internationaux en matière de non prolifération des armes de destruction massive, mais il ne faut surtout pas se demander pourquoi la rue arabe n’éprouve plus de sympathie à l’égard des gouvernements occidentaux, dont les entreprises exportent des armes toutes aussi redoutables pour bâillonner les peuples. Des armes (les algorithmes de censure) violant les conventions internationales garantissant la liberté d’expression.

    Nous invitons les sites et blogs tunisiens, au moins ceux qui sont censurés en Tunisie, à affichez la bannière de la censure sur leur page en utilisant le code suivant :

    <embed src=”http://www.nawaat.org/docs/media/censure2.swf&#8221; quality=”high” width=”468″ height=”60″ type=”application/x-shockwave-flash” pluginspage=”http://www.macromedia.com/go/getflashplayer”&gt;

    </embed>

    Ce texte a été écrit par Astrubal & Sami Ben Gharbia et mis en ligne sur le site de nawaat.

     
  • sami ben gharbia 6:17 pm on December 28, 2005 Permalink | Reply
    Tags: , , , , , libertés   

    حق اللجوء 

    مدونتي تحصل على حق اللجوء السياسي في مصر !

    fikra asylum

    على ما يبدو فإن قصتي مع اللجوء لم تنتهي بعد. فبعد أن تحصلت على حق اللجوء السياسي في هولندا ، ها قد شاءت الأقدار أن تلتحق بي مدونتي لتصبح مثلي، ضحية من ضحايا اللعبة السياسية و لاجئة حالها كحالي يُنكر عليها حقها في الإنتماء إلى ” المجموعة الوطنية” التونسية.

    فبعد أن رفض إدراجها، لأسباب سياسية، على قائمة تجمع المدونات التونسية، و قبل أن أتوجه رسميا بطلب اللجوء السياسي لتجمعات المدونات العربية الأخرى قرأت على مدونة أحد أقربائي المصريين عمرو غربية “حَوْليَّات صَاحب الأشْجَار” الذي يعمل على تعريب برنامج وردپرس للتدوين و الحاصل على جائزة أفضل مدونة صحفي عربي لسنة 2005 في مسابقة دويتشه فيلله أن مجمع المدونات المصرية قد عرض على مدونتي اللجوء السياسي دون الحاجة إلى المرور بالمفوضية العليا للاجئين. إيه الكرم ده !!

    مجمع المدونات المصرية الذي يحمل إسم دلو معلومات منال وعلاء حصل بدوره على الجائزة الذهبية لمراسلون بدون حدود في إطار مسابقة دويتشه فيلله لفُضلى مدونات 2005 و كما عرفه موقع دويتشه يلله هو :

    “عالما حيّاً من النشاط السياسيّ والدفاع عن المظلومين ومساجين الرأي؛ بل قد تجد مظاهرات في طور التخطيط والتنفيذ. إلى جانب هذا يوفّر منال وعلاء خدمات برمجيّة ويستضيفان مواقع متنوّعة وفي مدوّنتهما قسم لتجميع كلّ ما يكتب في المدوّنات المصريّة من مختلف أنحاء الطيف السياسيّ.”

    إذ يسعدني أن أنتمي لمجمع بهذا النوع و بهذه الطريقة فإني سأعمل كل ما في وسعي من أجل أن تكون مدونتي سفيرا تونسيا في مستوى هذا الفضاء الذي منح لمدونتي اللجوء السياسي وتلميذا يستلهم خبرة سنحتاجها حتما أثناء المغامرة المقبلة التي سأخوضها رفقة بعض المغضوب عليهم من المدونين التونسيين غصبا عن غاصبي التَـوْنَـسـة منا.

     
    • Alaa 3:00 am on December 29, 2005 Permalink | Reply

      أحم أحم.

      يا محترم جاري النظر Ù?ي طلبك بس أنت نسيت وضع طوابع و دÙ?ع الرسوم، و التوقيع غير واضح.

      Ù?وت علينا بكره.

      🙂

      مرحبا بك Ù?ي مجمع المدونات المصرية و صدقني كلما لاجئين هنا، لاجئين من واقع بلادنا المؤسÙ?.

      و أعذر مواطنيك، الشجاعة اختيار صعب و أنت سيد العارÙ?ين.

    • Sami Ben Gharbia 12:15 pm on December 29, 2005 Permalink | Reply

      أهلا علاء و شكرا على كرم الضياÙ?Ø© و رهاÙ?Ø© الحس الإداري أو البيروقراطي

      🙂

      كما قلت، كلنا لاجؤون أما عن أهل بلادي Ù?كما قال الشاعر

      بلادي وان جارت علي عزيزة واهلي وان ظنواعلي كرام.

    • عمرو عزت 5:07 am on December 30, 2005 Permalink | Reply

      أهلا بك لاجئا

      المدونات المصرية أساسا شكل من أشكال اللجوء Ù?ي هذا البلد

      لذا Ù?انت مواطن Ù?ي مجمع المدونات المصرية

      و كلنا لاجئون Ù?ي مصر و العالم العربي و أحيانا العالم كله

      و لكن حذار

      لو لم يعجبك أسلوب معاملة اللاجئين Ù?ي مصر

      إياك و الاعتصام بحديقة مسجد مصطÙ?ي محمود

      http://www.manalaa.net/sudanese_refugees_sit_in

    • Elyssa 8:05 pm on December 30, 2005 Permalink | Reply

      Peut importe où tu t’exprime Sami , l’important c’est que tu t’exprime , j’espère qu’un jour viendra où tu puisse t’exprimer là ou tu veux 🙂

    • احمد سالم الدليمي 6:24 pm on December 2, 2006 Permalink | Reply

      عندي سؤال وهو عن :هل يحق للافراد الهاربين من الصحراء الغربية التي يسيطر عليها المغرب وهم حاليا مشتتين بين الدول المجاورة فارين من القمع والاضطهاد المسلط عليهم من جراء التعذيب والقمع

      هل يحق لهم الحصول على اللجوء السياسي ؟

      وان كان كذلك فماهو السبيل للحصول عليه؟

      مع العلم انني لست من الاجئين الصحراويين سنة 1975 وهم حاليا بالجنوب الجزائري ؟

      فانا مثلا مطارد ومحكوم علي غيابيا بسبب قيامي بمظاهرات سياسية سلمية

      وفررت من المناطق سنة 2004

      edlimi@yahoo.com

      وشكرا

    • احمد 12:38 pm on January 15, 2007 Permalink | Reply

      عندي سؤال وهو عن :هل يحق للافراد الهاربين من الصحراء الغربية التي يسيطر عليها المغرب وهم حاليا مشتتين بين الدول المجاورة فارين من القمع والاضطهاد المسلط عليهم من جراء التعذيب والقمع

      هل يحق لهم الحصول على اللجوء السياسي ؟

      وان كان كذلك فماهو السبيل للحصول عليه؟

      مع العلم انني لست من الاجئين الصحراويين سنة 1975 وهم حاليا بالجنوب الجزائري ؟

      فانا مثلا مطارد ومحكوم علي غيابيا بسبب قيامي بمظاهرات سياسية سلمية

      وفررت من المناطق سنة 2004

      وانا الان مقيم في دولة مجاورة للصحراء الغربيةبصفة غيرقانونية .edlimi@maktoob.com

    • نونو 2:33 am on May 4, 2007 Permalink | Reply

      ساعدونى وارحمونى من العذاب فان الخوف يقتلنى

    • mohamed mahmoed 3:18 pm on May 24, 2007 Permalink | Reply

      اطلب حق اللجوء السياسى

    • ali 6:53 pm on November 14, 2007 Permalink | Reply

      my kind regardes please i want to ask if some one asked apolitrical refugee froim unhcr and they refused him can he knows the reasons – please with all details – thank you

    • Said Faisal Hassan 2:42 pm on November 12, 2008 Permalink | Reply

      سياسي عراقي سابق عالق في روسيا الاتحادية

      الكاتب : العراق للجميع | أضيف بتاريخ :09-08-2008 7:59:30 PM | [ قراءة : 35209 مرة ]

      سياسي عراقي سابق عالق في روسيا الاتحادية

      سياسي عراقي سابق عالق في روسيا الاتحادية

      ايهاب سليم-صحفي مستقل-السويد-تقرير-9/8/2008:

      سعيد فيصل حسن السلطاني,56 عاما, سياسي عراقي سابق كان يعمل امين مخزن في ديوان الرئاسة السابق ضمن مهمات القصر الجمهوري,حاز على كتاب تثمين الجهود المرقم 2995 عام 1987من قبل الرئيس العراقي السابق صدام حسين,قرر السلطاني تقديم استقالته من العمل رسيما ضمن الكتاب المرقم 5162 عام 1993.

      بعد معاناة مريرة في العراق,قرر السلطاني التوجه الى روسيا الاتحادية عام 1994 طالبا اللجوء فيها ولاسيما ان العراق كان يمر بأوضاع مأساوية,الا ان على ما يبدو جرت عملية تزييف في الاقوال من قبل المترجمة العراقية اثناء مقابلة المحامي على حد قول السلطاني,ادى ذلك الى رفض طلب لجوءه من قبل المفوضية العليا لشؤون اللاجئيين التابعة للامم المتحدة.

      اكمل السلطاني قائلا:تقدمت باكثر من عشرين شكوى الى المفوضية العليا لشؤون اللاجئيين الا ان المفوضية العليا تؤكد بعدم وجود هذه الشكاوي في ملف طلب لجوءه!

      اضاف السلطاني قائلا:الادهى من ذلك انهم سجلوني اعزب رغم اني متزوج ولدي اولاد وهم يعيشون في روسيا بأوراق ثبوتية قانونية صادرة من الامم المتحدة بعد قبول طلبات لجوءهم.

      عائلة السلطاني منهم شقيقه العقيد الركن في الجيش العراقي السابق وشقيقته العاملة في الخطوط الجوية العراقية سابقا وباقي افراد اسرته قد غادروا العراق الى بلدان اخرى بعد تلقيهم تهديدات مباشرة من قبل الميلشيات المدعومة من ايران.

      اختتم السلطاني مناشدا المنظمات والهيئات الدولية ايجاد له حل سريع ولاسيما انه يعيش منذ اربعة سنوات داخل شقته على نفقة اولاده واصدقاءه دون التمكن من التسوق او التوجه الى المستشفيات الرسمية في روسيا الاتحادية او حتى عدم القدرة للعودة الى العراق وذلك لخشيته من الاستهداف المباشر من قبل الميليشات المدعومة من ايران على حد قوله.

      ……………………………………………………………………………………..

      Iraqi political man appeal in Russia

      Ihab Salim- independent journalist-Sweden-Report-9/8/2008:

      Said Faisal Hassan AL-Sultany,56 years,a former Iraqi political man who worked Treasurer

      in the former Presidential Office within the Republican Palace,he got the book value the efforts No. 2995 in 1987 by former Iraqi President Saddam Hussein,AL-Sultany decided to submit his resignation from his post within the book No.5162 in 1993.

      After suffering a difficult in Iraq,AL-Sultany decided go to Russia in 1994 requesting asylum because that Iraq was going through a tragic situations,but it seems that process took place in the falsification of statements by the Iraqi translator during an interview lawyer according to AL-Sultany said,this led to the rejection of his asylum request by the High Commission for Refugees of the United Nations.

      AL-Sultany said:I was given twenty filed a complaint to the Office of the High Commissioner for Refugees but the High Commission stresses that there is no such complaints on file a request for asylum!

      AL-Sultany added:Harder than that,they wrote at i am single although I am married and i have children,they live in Russia according to the legal identity papers issued by the United Nations after accepting requests for asylum!

      AL-Sultanie’s family including his brother Colonel corner of the former Iraqi army and his sister working in the former Iraqi Airways and the rest of his family members had left Iraq to other countries after receiving direct threats by militias backed by Iran.

      AL-Sultany appealed to international organizations to find a quick solution,especially he lived for four years inside his apartment at the expense of his children and friends,he can not to the shopping or go to the hospital official in Russia,he is unable to return to Iraq because of fear of direct targeting by militias backed by Iran,According to AL-Sultany said

    • سعيد فيصل حسن 4:41 pm on March 7, 2009 Permalink | Reply

      صرخه عراقيه من موسكو صرخه عراقيه من موسكوالمجتمع . بريد القراء

      صرخه عراقيه من موسكو تناشد اصحاب الضمير الحي في كل انحاء العالم لاعادة ابنتنا ” ياسمين ” .. طباعة ارسال لصديق

      09/02/2009

      نداء الى كل من يستطيع التدخل من اصحاب الضمير الحي ….. وهذه رساله مفتوحه من الجاليه العراقيه في روسيا الى الحكومه الروسيه والى كل من يستطيع ان يساعد وساهم في حل المشكله ، وصلت هذه الرساله الى موقع القرية نت من صديق القرية وها نحن ننشرها لنقلنا للحالة اللانسانية التي تمثل امامنا ، ونناشد ايضا كل اعضاء البرلمان العرب في اسرائيل ان كانوا يستطيعون ان يساعدوا ويساهموا في هذه القضية الانسانيه ان لا يبخلوا عن ايجاد الحل ، والآن نترككم مع نص الرساله …

      لتطلع وزارة الخارجيه على نص الرساله التي نعرضها بدون رتوش وقد تلقت الوكاله اكثر من مره هذا الموضوع طيلة اشهر عده في السنه الماضيه ونظرا لاستقلالية الوكاله تم نشر الموضوع .شبكة عراقيون للاعلام تطالب الحكومة الروسية بالكشف عن مكان ياسمين السلطاني لاسباب انسانية ومساعدة الجالية العراقية في روسياعلى اثر تلقي الشبكة مناشدة من قبل عائلة الفتاة المخطوفة

      ناشد السيد ( سعيد فيصل حسن السلطاني,56 عاما) الحكومة الروسية التدخل السريع للعثور على ابنته ( ياسمين سعيد السلطاني-20 عاما ) بعد اختفاءها اثناء توجهها الى مقر الامم المتحدة في ا لعاصمة الروسية موسكو.

      أضاف السلطاني ان (ياسمين) ابلغته الساعة الحادية عشر صباح الاربعاء بانها ستذهب الى مقر الامم المتحدة ثم الى الجامعة وبعد ذلك فقد الاتصال كليا معها حسب قوله. السلطاني رجح ان (ياسمين) قد اختطفت,ولاسيما ان الفاصل بين منزله والجامعة مترو انفاق فقط. هو توجه الى مركز الشرطة لتقديم البلاغ فرفض طلبه بسبب عدم امتلاكه الاوراق القانونية في روسيا الاتحادية وفقا لقوله. اختتم السلطاني ان زوجته ترقد حاليا في المستشفى بعد سماعها نبأ اختفاء ابنتها. ومن الجدير بالذكر,ان (سعيد فيصل السلطاني) سياسي عراقي معروف ,وقد رفض طلب لجوءه في روسيا الاتحادية بسبب ما وصفه تلاعب احد المترجمين في قضية اللجوء في المفوضية العليا لشؤون اللاجئيين التابعة للامم المتحدة في موسكو,ولايزال السلطاني عالقا في روسيا دون ان يتمكن من معرفة مصيره ..

      روسيا موسكو

      أرسلت بواسطة سعيد فيصل حسن , سياسي عراقي تختفي ابنته في روسيا و يرجح اختطافها

    • سعيد فيصل حسن 2:32 pm on March 23, 2009 Permalink | Reply

      الله اكبر….. من ارض البطولات

      من ارض بغداد اطلقها نداءاتي

      في ارض روسيا قد خطفوا بنياتي

      زعران مافية …. فعل العصابات

      كانت لجامعة بالامس….. ذاهبة

      ولم تعد ياسميني …..عند ليلات

      ابلغت شرطة روسيا وقد رفضت

      شكواي بالقطع في اعتى ادعاءات

      لانني…. ليس لي اوراق تثبت عن

      وجود سكناي في بلد الحضارات

      يا امة العرب معتصماه اطلقها

      اتقبلون بخطف البنت…. بالذات

      بنت العروبة في المنفى مقيدة

      في وكر اكبر تجار البضاعات

      ويح الضمائر هل نامت ضمائركم

      اين المروءة يا اهل الكرامات

      استحلف العالم الاسلام قاطبة

      رجوع بنتي الى بيت الشهامات

      لم يغمض الجفن منذ الامس حسرتنا

      نبكي عليها دموعا كالمحيطات

      استصرخ الكل من منفاي طالبة

      رجوع بنتي قبيل قضاء ساعاتي

      في غرفة الموت لا احد يساعدني

      على السرير مسجية كاموات

      مليار مسلم ماذا تفعلون هنا

      وبنت احمد في رهن العصابات

      ………………………………….

      للشاعر العروبي لطفي الياسيني

    • abdul rahman ahmed 6:46 pm on April 15, 2010 Permalink | Reply

      ارجو المساعدة في حق اللجوء الانساني الى اي دولة

    • mohamed 5:31 pm on September 8, 2010 Permalink | Reply

      ساعدوني من الخوف واريد السفر من السودان

  • sami ben gharbia 3:00 am on July 17, 2003 Permalink | Reply
    Tags: , , libertés,   

    Indépendance et liberté – II – 

    Un nouveau-né tunisien : cette épée de Damoclès qu’est le négationnisme !

    Comme je l’ai noté dans la première partie, Eveil et Résistance, deux sujets ont dominé pour un certain temps l’espace virtuel de l’opposition tunisienne. L’un comme l’autre ont fait coulé beaucoup d’encre. Le premier, celui du négationnisme, qu’on va traiter dans cette deuxième partie de l’article, a divisé les tenants en deux groupes. Pour ne pas emprunter les mêmes moyens j’éviterai de qualifier le premier camp de Toscanistes et leurs adversaires de Sfaristes comme l’ont fait, maladroitement, Ivan et Angélica lorsqu’ils ont écrit : « Le propre de ces rouges-bruns en général et sfaristes en particulier (…) » (1) Mourad et Angélica reproche à Derbali et « ceux qui raisonnent hélas comme lui » de construire un monde qui tourne par blocs « si possible opposés » alors que c’est bien eux qui ont crée des blocs en sortant de leur imagination le bloc des sfaristes. J’éviterai aussi d’accuser en bloc Réveil Tunisien, car le travail génial de tout le groupe ne peut en aucun cas être mis en cause sur la base de certains agissements de quelques uns.

    Je veux avant de commencer ce sujet reprendre trois questions, parmi tant d’autres, posées par Dominique Eddé et Danièle Sallenave : (More …)

     
    • cyrano 7:19 pm on November 26, 2007 Permalink | Reply

      very good article thanks

    • degag amina 7:30 pm on March 19, 2009 Permalink | Reply

      i say to you to help me .to guive me a paragraphe about opinion of emir abdelkader please

  • sami ben gharbia 2:45 am on July 8, 2003 Permalink | Reply
    Tags: , , libertés   

    Indépendance et liberté – I – 

    <![CDATA[

    I – Éveil et résistance.

    Pourquoi, actuellement, et dans plusieurs coins du monde arabo-musulman et africain des voix s’élèvent pour solliciter les interventions étrangères ou, dans les meilleurs des cas, les légitimer ? Est-ce que les puissances mondiales sont moins cruelles que nos dictateurs ou s’agit-il là d’une autre idée extravagante que nos fantasmes politiques avaient forgée ? Dans notre région, est-ce que la liberté est incompatible avec l’indépendance ? Est-ce que la venue du colon est une garantie à la liberté ? Est-ce que le simple fait de voir des Irakiens tenir une manifestation dans les rues de Bagdad ou de Bossera dénonçant les forces américaines, ce qui était inimaginable sous le régime hyper dictatorial de Saddam, suffit-elle pour se convaincre que les néocolonialistes sont apporteurs de liberté ? Et qu’en est-il de cette liberté si sous son parapluie seuls les puits de pétroles et les casernes des GI et autres soldats étrangers sont sécurisés alors que les villes, les cités et les populations civiles vivent dans l’insécurité ?

    La troisième guerre du Golf a, certes, emporté, et de la façon la plus confuse, Saddam Hossein et sa tyrannie. En retour, elle a amené avec elle une nouvelle et nette donne stratégique : un néocolonialisme galopant sous la bannière étoilée du « New American Century ». L’ère du « nouvel ordre international » qui a succédé à la deuxième guerre du Golfe (celle de 1991), avec les espoirs dans la résolution du conflit israélo-palestinien et les promesses éphémères du duo marché/démocratie, est à jamais révolue. Aujourd’hui, c’est l’indépendance des pays du Sud qui est encore une fois profondément menacée. A peine cinquante ans depuis leur accession à l’indépendance, voilà que de plus en plus d’Etats-nations se voient dis…r sur leur propre sol par un néocolonialisme n’ayant aucune peine à dévoiler ses vraies intentions. Déjà en 1993, un historien anglais, Paul Johnson, dans un article publié par le New York Times Sunday Magazin, avait prédit et justifié ce retour au colonialisme direct : « Certains Etats ne sont pas capables de se gouverner eux-mêmes (…)C’est une mission pour le monde civilisé que d’aller gouverner ces zones désespérées. » (1) Le même historien, un mois après les attentats du 11/9, avait déclaré dans un autre article sagement intitulé « The Answer to Terrorism ? Colonialism », qu’« Aujourd’hui, l’Amérique et ses alliés se trouveront peut-être dans la situation où ils devront non seulement occuper mais aussi administrer des Etats terroristes. » Et pour conclure, notre historien tranche, sur un ton outrageusement arrogant, que tous « les pays qui ne peuvent pas vivre en paix (…) ne doivent pas s’attendre à une indépendance totale. » (2).

    Mais, qu’en est-il de notre côté ? Accepterons-nous cette tendance qui semble l’emporter sur notre volonté de résistance ? Dans nos rangs même, il y a, malheureusement, des nouveaux harkis, ces voix qui s’élèvent pour réclamer le retour du colonisateur. Parfois ils le font de façons directes ; d’autres de façons déguisées mais non moins subtiles. Des événements, des déclarations, des sondages et des d’articles sont entrains de s’accumuler laissant entrevoir une nette et dangereuse métamorphose dans la mentalité arabe et africaine qui est de plus en plus encline à accepter le colonialisme pour se débarrasser des régimes dictatoriaux et accéder ainsi à l’Eden de la démocratie. De la sorte, on apprend que 76% des 1012 personnes interrogés lors de l’émission al-Ittijâh al-Mo’âkis (Direction opposée), présentée par Fayçal al-Qassem sur la chaîne al-Jazira, affirment que les régimes arabes sont pires que le colonialisme. Seul 24 % estiment le contraire. Même si le nombre des sondés ne peut en aucun cas représenter la tendance majoritaire qui meut les populations arabes, cela donne pourtant à penser sur la gravité de la situation actuelle. En effet, de l’Irak au Maroc, un amer sentiment se fait ressentir : nous avons moins de confiance en nos propres capacités à se débarrasser de nos régimes dictatoriaux qu’en la volonté de ceux-ci à vouloir amorcer une réforme du système vers plus de démocratie et plus de respect des droits de l’homme. Après tant d’échecs politiques, de fiasco socio-économique et de défaites militaires, le tout faces à des ennemis multiples et variés, extérieurs qu’intérieurs, voici qu’une sorte de fatalisme politique essaye de nicher dans nos convictions au point de rendre normal à nos yeux la négociation d’un partage de notre souveraineté avec nos adversaires de toujours, ces Etats amis, ceux-là même qui avaient et qui continuent de soutenir nos dictatures. Des dictatures que nous jugeons comme cause principale du blocage total de nos sociétés. Le fatalisme qu’on avait longtemps examiné comme étant une résultante de la raison religieuse s’est révélé être un rite de plus en plus observé par les esprits les plus irréligieux. Ironie de l’histoire, ce sont bien les religieux qui semblent résister à ce fatalisme néolibéral qui veut faire de la mondialisation un destin irrévocable et du néocolonialisme un fait-accompli.

    Revenons aux faits qui m’ont amené à l’écriture de la présente page. En feuilletant ces derniers jours les pages d’un journal de la diaspora iranienne, je suis tombé sur une lettre envoyée, de son exil, par un écrivain satirique au président M. Khatami. Une phrase a attiré mon attention car elle ne faisait que confirmer le résultat du sondage ci-dessus mentionné : « (…) Je jure par Dieu que plusieurs des régimes despotiques sont pires que les Etats-Unis. Au moins, lorsque les Etats-Unis viennent dans la région, ils ne se mêlent pas de la vie privée des gens et n’entravent pas les libertés individuelles. Croyez-moi, la liberté individuelle est beaucoup plus importante que l’indépendance du pays ! Dans plusieurs régimes politiques, l’indépendance n’est qu’un chemin vers la dictature. » (3) Restons dans le cas iranien. Au cours des récentes manifestations survenues dans les campus iraniens un communiqué signé par 28 associations estudiantines intitulé « Laissez la patrie redevenir patrie », on retrouve cette même ligne de pensée qui, paraît-il, est entrain de gagner du terrain dans le monde arabo-musulman. Les signataires, qui ont jugé que la liberté en Iran a été toujours sacrifiée, par les conservateurs religieux, sous l’autel de la résistance contre la menace américaine, ont déclaré ouvertement que, «l’indépendance sous un régime despotique est pire que la dépendance vis-à-vis de l’étranger » ; que «l’on ne peut plus justifier la répression par le prétexte d’un danger étranger » et qu’ « il vaut mieux considérer la présence américaine dans la région comme une opportunité exceptionnelle pour la lutte contre le despotisme que comme une menace. » (4)

    Dans notre continent africain des multiples ingérences étrangères se sont amplifiées ces derniers mois. Certaines pour ramener la paix, d’autres pour gérer et sécuriser des territoires, souvent riches en matières premières, et d’autre pour remplacer simplement la tête d’un Etat corrompu par un autre. Ce qui fait qu’on rencontre souvent sur les pages des journaux africains des débats tendus sur le néocolonialisme. Ainsi, sur les pages de l’hebdomadaire burkinabé, un journaliste a tenté de mettre la main sur une plaie menaçant de se rouvrir dans le corps d’un continent n’ayant pas encore cicatrisé les blessures de l’ancienne colonisation : « Il y a dix ans, l’intervention française en République d
    mocratique du
    Congo aurait, à n’en pas douter, provoqué protestations et consternation. Elle aurait été perçue comme une preuve accablante et supplémentaire de l’action néocoloniale et néfaste de Paris dans son pré carré africain. Ce n’est plus le cas aujourd’hui.
    (…) L’intervention extérieure et la mise sous tutelle de fait deviennent des solutions acceptables dans la mesure où il n y’en a plus d’autre. (…)La multiplication des nouvelles ingérences occidentales en Afrique donne la mesure du drame que vit actuellement un continent qui doit de plus en plus fréquemment choisir entre deux extrêmes : l’abandon de souveraineté ou le carnage. » (5) Traitant de la présence des troupes étrangères dans son pays, la République Démocratique du Congo (RDC), un journaliste du quotidien l’Eveil ne laisse pas cacher son amertume : «Jusqu’à présent, l’impression qui se dégage est que toutes ces forces armées étrangères sont venues pour le tourisme, le pillage officiel de ses ressources, pour danser et boire du champagne, coucher avec nos filles et retourner, à grands regrets, chez elles lorsque le temps sera venu. Le peuple congolais n’a pas besoin de ça. » (6)Enfin, un autre journaliste constate que les interventions étrangères en Afrique n’ont pour but que le secours de la classe politique en place « (…)qu’il s’agisse des deux Congos, de l’Angola, du Libéria, du Rwanda, du Burundi, de la République Centrafricaine(RCA) ou même de l’Ouganda, et récemment de la Côte-d’Ivoire, le recours aux armées étrangères a toujours été la planche de salut des politiciens au pouvoir. » (7) Plus récemment, le 4 juillet dernier, la Communauté Économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) vient de solliciter l’intervention des Etats-Unis dans le conflit libérien ! Et la liste des « pays-mis-sous-tutelle » risque de s’alourdir vu le classique état lamentable des États-nations africains et la récente concurrence entre d’un côté le nouveau rêve d’empire américain et de l’autre le souci des anciens pays colonisateurs de sauvegarder leurs intérêts dans leur pré-carré africain.

    Un peu plus au nord, là où les pauvres cadavres de nos chers jeunes immigrés « clandestins » échouent, dans la foulée des drames qu’ils ont provoqué, Silvio Berlusconi le richard, dans son autre guerre contre les pauvres a déclaré devant le parlement italien, le jeudi 26 juin dernier, que : «Nous [les Italiens] sommes sur le point de signer un accord bilatéral avec Tripoli permettant l’envoie de soldats italiens afin de contrôler les ports et les frontières libyens et autorisant à nos navires de patrouiller dans les eaux libyennes. » (8) Ainsi, à l’instar de la lutte contre le terrorisme qui a permis aux navires de l’OTAN d’arraisonner, dans les eaux internationales, n’importe quel navire « suspect », voilà qu’au nom de la lutte contre l’immigration « clandestine », les pays de la rive sud de la méditerranée se trouvent en guise de perdre petit à petit la souveraineté sur leur territoire.

    Étrangement, pareilles interventions étrangères dans des territoires souverains et indépendants sont validées par des idéologues, des journalistes et des porte-parole que certains participants sur le forum TUNeZINE ont convenu d’appeler : les néoharkis. Le tenants de cette nouvelle idéologie nous les rencontrons partout même dans des lieux sensés abriter les militants de la cause de liberté et de démocratie. Laissons le cas tunisien pour la deuxième partie du présent article et prenons l’exemple de deux journalistes arabes. Le premier avait tenté de conférer à l’idéologie néoharki une fine couche de « politiquement correct » et de glamour de ces bonnes intentions humanitaires, celles de toujours, : « La règle qui veut que “toute ingérence étrangère doit être combattue” était peut être valable au siècle dernier, mais elle ne l’est plus de tout aujourd’hui. » (…) «Le peuple peut céder à l’Etat certaines libertés pour lui permettre de veiller à établir la justice, mais, si la justice n’est pas faite et que l’Etat s’avère oppresseur, l’intervention étrangère bienfaisante devient une obligation internationale. » (9) Même admettant le fait que « la feuille de route » ne réponde pas aux attentes des palestiniens et qu’elle est en leur désavantage, le deuxième journalise, Salah Béchir, d’Al Hayat, dans un article ayant un titre imprégné par un défaitisme flagrant : « S’incliner ou disparaître, tel est le dilemme », il nous serve le même plat fataliste et nous ne laisse aucun choix à part la soumission pure et simple au projet de son Oncle Sam. Écoutons-le : «Le plus grave, c’est que la feuille de route intervient à un moment où les Etats-Unis veulent mettre en place un nouvel ordre mondial. Il s’agit d’un des moments historiques qui créent des réalités ne disparaissant qu’avec la conclusion de l’ère historique stratégique qui les a provoqué. » (10) L’auteur, observant les agissements de l’empire, croyant à la vertu de l’attente et de la passivité, et, oubliant que c’est bien l’action des hommes et leur résistance à de telles ères que les moments historiques changent de course, il nous donne un conseil prototype dans le domaine de la servilité : «La feuille de route arrive à un de ces moments fondateurs et celui-ci, comme les précédents, créera un nouvel ordre qui risque de figer la situation pour longtemps. Ceux qui ont la chance et l’habilité de s’y ménager une place pourront fort bien s’en accommoder, mais les autres seront condamnés à l’exclusion en attendant que se produise une transformation stratégique historique du genre de celle qui marqua la fin de la guerre froide (…) au moment où s’instaure un nouvel ordre mondial, il s’agit de s’y réserver une place si petite soit-elle, en acceptant la feuille de route. L’alternative aurait été de disparaître tout simplement de la scène politique. » (11) Si le Hezbollah, par exemple, avait suivi de tel conseil savant et accepté la logique de la force israélienne et de sa stratégie des faits-accomplis, il n’aurait jamais réussi à pousser l’armée israélienne à un retrait unilatéral du Sud-Liban. Ce genre de vision asservie et asservissante ne prend en compte que l’action et la réaction des plus forts comme si c’est seulement eux qui sont munis d’une volonté politique et d’une ténacité pratique. Pour cette race de néoharkis, notre rôle se limite à nous débarrasser de notre volonté pour se courber devant celle des Américains, des Israéliens et de chaque centre de puissance puisqu’ils sont les plus forts sur le plan militaire, médiatique, institutionnel, étatique, etc. Si les mouvements de libérations nationaux, les causes justes dans le monde et les peuples opprimés avaient adopté, au lieu de résister, cette logique on n’aurait sûrement jamais assisté à aucune fête d’indépendance ni voir la fin du despotisme et de la tyrannie.

    Ce défaitisme que cultivent certaines voix issues d’une frange très particulière de notre élite africaine et arabe, qui commencent à se dévoiler, et qui consiste à nous faire croire qu’il n’y pas d’autres alternatives que d’abandonner notre souveraineté aux puissances mondiales est la première menace qu’il nous faut combattre. Car c’est par le biais de tel ramassis que se construit tout projet colonialiste. En nous présentant la réalité comme si nous étions vaincus sur tous les fronts, comme si nous ne possédions aucune aptitude à la résistance, comme si nos divers pays répartis à travers cette vaste région riche en matières premières, en ressources démographiques, en zones stratégiques et en patrimoine culturel n’avaient aucun poids dans les rapports de forces présents et futurs. Nous savons et tous les esprits objectifs et pertinents savent qu

    e nous comptons beaucoup pour le monde. Il suffit de regarder du côte de problème palestinien pour se rendre à l’évidence que ce conflit à lui seul est capable de créer une crise mondiale où le politique, le religieux, le militaire, le sécuritaire, le juridique, l’historique, le civilisationnel, le Nord, le Sud, l’Est, l’Oeust, la modernité et la tradition se croisent. Et n’oublions pas le fait très important qui caractérise notre place centrale, bien que faible, dans le monde et qui fait que «le problème n’est pas seulement moyen-oriental. Le Moyen-Orient est une zone sismique de la planète où s’affrontent Est et Ouest, Nord et Sud, riches et pauvres, laïcité et religion, religions entre elles. » (12)

    Donc, en essayant de nous convaincre que nous sommes incapables de gérer nos affaires ni même de prendre en main notre propre destin, les émissaires, souvent inconscient puisque acculturés, du néocolonialisme, font tout leur possible pour détailler les bases de notre souveraineté. Tantôt au nom de la transparence -comme on va voir dans la deuxième partie de cet article- et de la coopération internationale, d’autre au nom des valeurs humaines et d’autres encore au nom de leur opposition de façade aux régimes en place. S’opposer à une pièce du système tout en se fiant corps et âme au Big Brother, le concepteur et le garant de cette même machine totalitaire, est ou bien une idiotie ou bien un artifice consommé. C’est au système en sa totalité qu’il faut s’opposer en bloc. Ne sont-elles pas ces complexes structures juridiques et politiques mondiales ainsi que les rouages labyrinthiques de la machines financière et économique qui assurent, tout en l’exploitant, la survie des régimes que nous combattons ! Nous faire croire que notre seule issue pour défaire la pièce tyrannique qui persécute notre liberté ne peut se faire qu’en se remettant au « garagiste » de la démocratie, ce même concepteur de la machine oppressive mondiale, est une autre manière de maintenir le bon fonctionnement du moteur de l’injustice mondiale. Oui, même difficiles, d’autres solutions et d’autres alternatives existent. Chaque peuple est capable de résoudre ses problèmes par ses moyens propres à lui et selon les normes et les valeurs issues de sa culture et/ou de sa religion. Sans cette croyance, rien ne peut s’atteindre, ni dans le domaine de l’économie, ni dans celui de la politique. Mais, quelles ont les causes qui ont amené certains de nos compatriotes, de nos coreligionnaires et de nos frères arabes et africains à vendre les acquis d’une indépendance acquise aux prix de luttes et de sacrifices énormes. En saisissant les causes de tel phénomène plus qu’inquiétant, nous pourrions, dans le meilleur des cas, les convaincre du bien-fondé de la résistance, et au pire les vaincre dans leur fief-même.

    La cause majeure du blocage de notre situation découle, selon plusieurs analystes de du système politique tyrannique, du manque de liberté et de l’irrespect de la dignité humaine. Ce sont ces régimes en place qui ont créé puis perduré une situation de désespoir politique, économique et social. Puisque leur objectif principal consiste à se maintenir au pouvoir quel que soit le prix que payerait le pays. Pour atteindre cet objectif, nos régimes ont toujours œuvré à créer autour de leurs entités politiques un vide. En vidant la société de ses forces actives, et au bout d’un demi-siècle de conflit entre l’Etat et la nation, le résultat est effrayant : une nation hémorragique et un Etat sanguinaire. Les pronostics pour le futur proche sont pessimistes. Surtout lorsque le présent est secoué par l’ère nouvelle imposée à la nation : le néocolonialisme.

    Après avoir accaparé tous les domaines de la vie sociale, économique, politique et associative, nombreux d’Etats africains, et, arabes, en panne depuis leur trébuchante formation, n’ont laissée aucun espace pour l’éclosion d’une société civile, moteur indispensable à l’élaboration des ingrédients d’une nation moderne : le citoyen et la citoyenneté. Tyranniquement maintenus à la tête de pays ravagés par des siècles de colonialisme et de pillage et d’une société humiliée par l’acculturation et le sentiment d’infériorité, des régimes, fabriqués à la hâte de toutes pièces ont remplacé la place du colon sur ses anciens comptoirs coloniaux. Depuis leur naissance ils n’ont fait, dans le meilleurs des cas, que tenir des élections bidons, entretenir une démocratie de parade, meubler le décor politique par des partis fantômes et des députés béni-oui-oui, brader les richesses nationales pour s’assurer, en cas de crise avec le peuple, le soutien des pays occidentaux dits « amis », persécuter toute contestation, museler la réflexion et la parole dissidentes, fliqué la société tout entière. Pour la jeunesse non pistonnée, nos régimes on laissé le luxe de choisir entre se noyer dans le cercle vicieux des crédits, dans celui de la consommation des drogues et de l’alcool ou dans le cimetière de la méditerranée. Si on ajoute à ce bilan obscur la crise de la raison musulmane traditionnelle face à la modernité, l’échec du nationalisme arabe à construire le rêve de l’union et les défaites des politiques et des militaires arabes contre une si petite entité israélienne, le recours à la violence armée ou aux puissances étrangères paraissent être les seules alternatives restantes dans cet horizon bouché.

    Loin de vouloir légitimer la violence révolutionnaire ou le terrorisme islamiste, on se permet de poser certaines questions belliqueuses mais nécessaires à la compréhension des deux alternatives sus-indiquées.

    Pourquoi la violence guerrière du colonisateur ou du libérateur, selon l’appréciation des uns et des autres, est tolérée lorsqu’il s’attaque aux régimes despotiques, comme ceux de Saddam et des Talibans, alors que la violence terroriste des groupuscules se référant, justement ou abusivement, à l’islam politique est toujours condamnée d’avance lorsqu’elle veut aussi se défaire de ces mêmes régimes ? Pourquoi les victimes, qu’on ne nomme plus préférant les appeler « dommages collatéraux », qui s’écrasent sous la machine du Pentagone sont facilement oubliées alors que celles des actes terroristes de Casa, de Riadh ou de Djerba continuent d’alimenter encore et encore les unes de nos journaux servant ainsi d’épouvantail aux même politiques sécuritaires et éradicatrices des régimes despotiques et d’une partie de la gauche ? Le va-t-en-guerre américaino-britanique est-il plus juste, du point de vue des valeurs humaines que les appels au Jihad lancés par nos coreligionnaires à l’instar de Ben Laden ? Ce sont-là des questions qui dérangent nos convictions tranquilles et « siestées » ! C’est le but du présent article. Dans ce moment tragique de notre histoire, la vigilance intellectuelle et à la méfiance politique sont les matériaux nécessaires à l’édification d’une « culture de résistance ». Culture dont nous auront besoin pour faire face à ce monde qu’on veut bâtir sur le dos des peuples opprimés dont nous faisons partie et dont nous représentons, en tant que musulmans, l’espoir en l’avenir de cette résistance vu l’opiniâtreté de notre lutte, l’inépuisable trésor de fierté d’appartenance à une riche et variés spécificité culturelle et identitaire embrasant toutes les races et les cultures du monde, le poids considérable de notre démographie, l’importance géostratégique de notre emplacement, etc. Ce n’est pas un hasard si le monde musulman est dans la ligne de mire. Ce n’est pas un hasard si les anciens et les nouveaux empires se sont réunis pour semer dans nos pays guerres et désordres. Ce n’est pas un hasard aussi si les médias du monde, ceux du Nord et ceux, « néoharkis », du Sud, ont fait de l’islam, des musulmans et de leurs cultes l]
    ]>

     
c
Compose new post
j
Next post/Next comment
k
Previous post/Previous comment
r
Reply
e
Edit
o
Show/Hide comments
t
Go to top
l
Go to login
h
Show/Hide help
shift + esc
Cancel